• Je ne vous ai pas informés du résultat du concours de la correspondance : ma lettre n’a pas été primée. C’est toujours un peu décevant, mais l’aventure a été belle. (Le nom des gagnants ICI)

    Hier, j’ai reçu les appréciations des jurys concernant cette lettre. Les voici : 

     

    JURY 1

    JURY 2

    JURY 3

    JURY 4

    8,5

    9,6

    8

    6

     De la confusion avec André Gide.

     Très bien.

    Une très belle écriture, originale, des faits historiques marquants.

     Un peu trop général.

      

     

     Je n'ai jamais eu d'aussi bonnes notes !

    Les résultats du concours.

      

    Je dois dire que cela me console et m’encourage à poursuivre les concours pour la bonne raison qu’ils m’obligent à modifier mon écriture, à l’approfondir et à choisir des voies vers lesquelles je ne serais pas allée naturellement. Je remercie l’organisation du concours de s’être donné la peine de me communiquer ces appréciations, elles sont riches d’enseignements.

    Et bien entendu, je vous livre cette lettre avec auparavant les consignes à respecter :

    Madame Desbassayns vous annonce son retour à La Réunion, accompagnée de sa fidèle auxiliaire de vie, Madeline (esclave affranchie). Elles souhaitent, ensemble, retrouver les traces de leur passé. Vous acceptez d'être leur guide. Vous proposez, à toutes les deux, un programme digne des personnages de votre imagination...

    Vous devez adresser une lettre (200 mots minimum et 400 maximum) avec la consigne de la commencer par : 

     Mesdames, je serai à l’heure de votre arrivée. Je vous attends. Il faut que je vous dise... 

     

     Mesdames,

     Je serai à l’heure de votre arrivée. Je vous attends. Il faut que je vous dise que bien des choses ont changé, elles vont vous étonner, vous rendre heureuses ou vous chagriner. Pour commencer, nous irons sur les terres de Villèle où vous goûterez un peu de repos et quelques rafraîchissements avant le pèlerinage que je vous propose. Avec le progrès et les nouvelles technologies que vous avez encouragées en votre temps, nous ne sommes plus obligés d’aller chercher la glace au Maïdo. L’électricité permet de geler l’eau et de boire frais en toutes circonstances. De même, ne craignez pas les déplacements, aujourd’hui ils se font rapidement, sans fatigue et dans le respect de la dignité humaine.

    La maison est restée intacte et elle est ouverte au public : c’est un musée ! Vous pourrez y admirer un arbre généalogique de votre famille peint par un de vos descendants Jehan de Villèle. Je l’ai rencontré pour préparer votre arrivée, il m’a confié qu’il serait heureux de vous recevoir.

    La cuisine, le jardin, et l’ancien hôpital, devenu un mémorial afin d’honorer les esclaves, vous rappelleront sans doute des souvenirs, bons ou mauvais. Lorsque vous êtes partie, l’esclavage s’en est allé aussi. Il a été aboli le 20 décembre 1848.

    Nous marcherons non loin de la Sucrerie en ruine et nous prendrons le chemin pour la chapelle Pointue. Nous passerons devant une statue de vous, lisant le Code noir, votre chien couché à vos pieds à l’ombre d’un frangipanier. Dommage que Madeline ne complète pas ce tableau !

    La chapelle a été détruite par un cyclone, mais on l’a bien vite reconstruite et elle a été classée monument historique. Elle accueille votre tombeau désormais et l’on raconte que vos esclaves se sont battus pour porter votre cercueil.

    On murmure beaucoup de choses à votre sujet, des livres ont même été publiés. On vous décrit comme une femme autoritaire, cruelle, mais vénérée, ou comme la Seconde Providence. 

    Ensuite, j’ai pensé que Madeline aimerait déjeuner à la petite auberge que je tenais à l’époque : l’Hôtel des hommes d’esprit. Et pour digérer, nous irons flâner au bassin des Cormorans. André Gide a écrit à ce propos : « Si claire est l'eau de ces bassins, qu'il faut se pencher longtemps au-dessus pour en comprendre la profondeur. »

    Veuillez croire, Mesdames, à mon respectueux souvenir,

    Célimène Gaudieux 

    Mme Desbassayns, son chien et votre serviteur à l'ombre du frangipanier

    Les résultats du concours.

     


    6 commentaires
  • Chers lecteurs,

     

    Samedi dernier, je vivais une expérience nouvelle : une séance de dédicaces. Je m’y étais préparée grâce aux partages d’auteurs autoédités comme moi. Je les remercie d’ailleurs pour leurs précieux conseils. Parmi eux, je tiens à signaler Anaïs.(lien vers son blog) 

    J’ai été magnifiquement accueillie par Philippe de la librairie Cousin-Perrin. Une petite table et deux chaises ont été prévues. Je me suis installée et les premiers lecteurs n’ont pas tardé à arriver. J’ai eu le plaisir de revoir des têtes oubliées depuis longtemps, mais quel bonheur de faire ressurgir dans ma mémoire les années passées dans cette ville du Blanc !

    Merci à vous tous d’être venus à ma rencontre, vous n’imaginez pas la joie que j’ai éprouvée à vous retrouver. J’ai aussi eu la visite d’inconnus, curieux des auteurs, sans compter tous ceux qui ont déposé leur exemplaire la veille et même aujourd’hui ! Je suis allée à la librairie pour régler les détails du contrat et deux autres livres attendaient ma signature. Le stock du libraire est épuisé, il va le renouveler. J’ai vendu 13 « VICTOIRE » en deux heures de présence.

    Je suis la bienvenue pour une autre séance de dédicace pour VICTOIRE, mais également pour le prochain opus dont je vous livre le titre : PAGES NOIRES.

    Je remercie également la journaliste, Martine Tissier de L’Écho La Marseillaise pour son article.

    17 mars 2018 : Un succès !

     

    En conclusion, cette séance a été un véritable succès et c’est grâce à vous !

    Merci de votre confiance et de votre fidélité.

    Je donne rendez-vous prochainement aux Réunionnais pour une séance de dédicaces sur notre belle île !

    Bien à vous,

    Patricia Ricordel  

     


    4 commentaires
  •  

     Quand tu découvres une mise en avant

    de ton roman sur Facebook,

    ça donne des ailes...

    Merci à Iggybook.

    Je suis émue...

     


    6 commentaires
  •  

    Victoire : disponible partout ou presque...

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires